(Csíkszentimrei Büdösfürdő )

La fierté du village Sântimbru-Ciuc, Băile Pucioasa, station balnéologique et climatérique locale, se trouve dans le voisinage de la commune Sâncrăieni, dans la cime des montagnes Harghita. On peut arriver au Băile Pucioasa sur le chemin communal 54 (macadam, 14 km) du Sâncrăieni. Cela se trouve a 1100-1250 m d’altitude, proche de la commune Sântimbru, est renommée surtout pour les émanations de gaz (les plus fortes de la chaine des montagnes Harghita), utilisées pour le traitement des symptômes rhumatiques. L’eau des sources minérales est utilisé pour la plupart dans les bains chauds. Dans les derniers 10 années dans la station Băile Sântimbru-Ciuc, ont été construites environ 750 de villes, en offrant hébergement du printemps jusqu’en automne pour les touristes. A l’hauteur d’une telle altitude les sources d’eaux carbogazeuses et les mofettes sont tres rares. La mofette utilisée a présent a été creusée par les bergers pour usage propre. A cause du sifflement fait par la mofette a été dénommée „Le Sifflant”.

Grace aux effets positifs sur la sante des émanations de gaz avec un contenu élevé de dioxyde de carbone et soufre, elles sont les meilleurs du pays. (En Transylvanie seulement la grotte de soufre Turia est considérée meilleure). Ici se trouvent les plus fortes mofettes des montagnes Harghita: 99% dioxyde de carbone (CO2) et 1% hydrogene sulfurique (H2S) avec un odeur similaire aux oufs altérés. L’eau, est recommandée premierement, pour le traitement des problemes rhumatiques et locomotrices. L’usage des fosses avec du gaz de soufre (contenant du radon) revigore le métabolisme de l’organisme, regle les fonctions du systeme nerveux central. Les effets thérapeutiques sont utilisés dans une maniere organisée a commencer du 1920. Les mofettes ont été construites dans 1960 et les saunes cinq ans plus tard en 1965.

Malgré tous les effets thérapeutiques de cette zone, il n’y a pas eu du développement a Băile Pucioasa dans les derniers 12 ans. De plus, la situation s’est aggravée. A ce moment seulement 2 mofettes et fontaines sont encore utilisables. Parfois les bains chauds sont inaccessibles a cause du lac accumulé d’autour.

Dans les derniers 230 années milles des malades avec handicap, des problemes rhumatiques, artérielles, des douleurs d’arthrite ont amélioré leur sante ici.

La base de traitement est en agonie, manque d’un infrastructure viable. L’hébergement se peut faire seulement dans des villes et pensions des particuliers, et en été seulement des petits magasins et des brasseries sont ouverts. La station Băile Pucioasa est liée a Jigodin par le sentier touristique – la croix bleu, mais est traversée aussi par le sentier de la cime de Harghita.

Le gisement de mercure des années 1970-80 a apporté des dommages a l’aspect sauvage mais aussi pittoresque de la zone. A Băile Pucioasa il y a une mine de cinabre abandonnée, qu’empoissonne pas seulement la terre mais aussi les eaux, étant un clair exemple de l’industrialisation imprudent, qui laisse comme héritage pour les générations d’aujourd’hui une région « malade ». Ni dans les derniers 15 années la nature n’a pas réussi guérir les « blessures » provoquées par l’homme. Pas loin de Pucioasa, a l’environ une heure de marche vers le sud, se trouve le bout du ruisseau Bánya, ou il y a une station balnéaire des années 1770. Cette région aujourd’hui est presque inaccessible, on ne trouve pas aucun trace de la colonie d’autrefois. Au longue de la vallée l’eau minérale est chez elle, et par ci par la on peut observer quelques mines abandonnés, mais avec des particules de pyrites encore brillantes, qui promettent un vrai aventure au touriste a la recherche d’or. Mais ni le terrain éboulé ni l’air parfois meurtrier a cause du soufre, ne favorisent pas l’exploitation des mines. Mais selon le dit roumain « dans tout le mal il y a du bien », l’eau de la mine est potable et a un gout plaisant. Avançant sur la crete du montagne, au ruisseau Vermed on trouve un massif pareille. Tant le ruisseau Vermed que le ruisseau Bánya appartient au Sântimbru.

 A la source des ruisseaux il y a des mofettes. Aujourd’hui cette zone est une réserve botanique et géologique. La flore est tres similaire a la végétation du Lucs – mousse de tourbe. Selon les légendes, a l’extrémité du ruisseau Bánya les mofettes étaient utilisées comme « des bains de soufre embués ». La colonie a quitté la zone environ les années 1770 et s’est installée a Băile Pucioasa jusqu’a présent. La chapelle construite ici a été rénovée en 1991 et a été dédiée a la Vierge Marie.

Pour d’informations supplémentaires:Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., 0040-744-535370

Liquid Web Managed Word Press